• J'en ai marre de nettoyer toujours derrière lui!! 

  • Il met la musique trop fort c'est insupportable…

  • T’es méchant, je ne t’aime plus!

  • C’est pas juste!

 

Ça vous évoque quelque chose?

Dans le quotidien  (et peut-être particulièrement pendant ce confinement), la proximité peut générer plus de conflits que d’habitude. Au lieu de se confronter directement sur le problème en question qui pourrait nourrir le conflit, je vous propose un dessin animé qui parle du conflit … entre voisins!

 

On fait “semblant” de détourner le problème tout en l’évoquant. Et on instaure une règle: INTERDICTION de faire référence à une situation vécue en famille. On réfléchit au conflit, et uniquement au conflit.

 

Voici quelques questions que je vous propose d’essayer de vous poser avec vos enfants et ados, autour de ce petit film.

 

On parle du dessin animé

  • Pourquoi les lapins se disputent?

  • Ils veulent arrêter de se disputer ou ils cherchent la dispute selon toi?

  • Il faut trouver des raisons pour expliquer ce que l’on dit.

       3 hypothèses pour chacune des options.

Ils veulent arrêter /  Ils cherchent la disputer

Hypothèse / Hypothèse

Exemple du dessin animé  / Exemple du dessin animé


 

  • Est-ce qu’ils ont l’air d’aimer se disputer?

      On reprend les hypothèses de la question précédente, et on en tire les conclusions. 

 

      Hypothèse 1

      exemple 1

      donc ils aiment se disputer/ ils n’aiment pas se disputer.

Exemple: Je pense qu’ils n’aiment pas se disputer car ils sont tout le temps en colère l’un contre l’autre. Ils se crient dessus sans cesse. Ils construit un mur, ça veut dire qu’il en a marre et qu’il veut arrêter.

Moi je pense qu’ils aiment se disputer, car chacun trouve une raison de se disputer. Ca commence avec les ordures, puis avec la musique forte. Chacun veut se venger. Et quand le mur est construit, l’autre lapin va le détruire, il veut encore se disputer sinon il se serait séparé une bonne fois pour toute.

Chacun veut se venger et avoir le dernier mot.


 

  • Est-ce qu’il est préférable de vivre sans conflit?

  • Est-ce que le conflit empêche de vivre ensemble?

  • Y a t-il des bénéfices au conflit?

On fait encore un listing

Il y a des bénéfices  / Il n'y a pas de bénéfices

Hypothèse / Hypothèse

Exemple / Exemple
 

  • Le conflit dans la famille, est-ce le même qu’avec ses amis, son voisin, les pays? 

    Différences / Points communs

 

  • Le conflit et la violence, c’est la même chose? (Préambule à l’exercice suivant)

Différences / Points communs

On peut conclure avec un exercice de communication non violente. Chacun choisit un lapin, et imagine ce qu’il pourrait dire à l’autre pour apaiser le conflit. La règle est de ne pas accuser l’autre, mais d’exprimer ce que l’on ressent, et on exprime son besoin.

 

Quand je te vois/entend …. ça me fait ….   J’ai besoin de …. Est-ce que c’est possible pour toi?

Si on a des différends, on cherche un compromis: pour cela, on liste plusieurs idées chacun à son tour, jusqu’à trouver celle qui nous convient.

 

Cet exercice va vous aider à répondre à une question: qu’est-ce qu’on cherche quand on se dispute?

Conclusion: Faites un tour de table, chacun exprime ce qu’il a retenu de ce moment de discussion. 

 

Hypothèses de réflexion non exhaustives

 

​Voici maintenant quelques idées d’hypothèses pour guider l’animateur ou pour conclure le débat, et potentiellement ouvrir de nouvelles perspectives par rapport à ce qui a été dit.

 

​​

Hypothèse 1 : Le conflit commence quand l’un des deux lapins vit le comportement de l’autre comme une marque d’irrespect: celui de salir l’espace commun de vie.

On peut se dire qu’on n’est pas respecté par l’autre, qu’il ne voit pas nos efforts, qu’il nous ignore totalement. Si tout le monde faisait comme lui ce serait impossible de vivre ensemble. Le chaos s’installerait. Et le premier lapin, sort son balai pour nettoyer la bêtise de l’autre … Est-ce que c’est à lui de balayer? Pourquoi balayerait-il lui même? Il a l’air de croire fortement que l’autre dépose ses ordures et que c’est à lui de les réparer, comme si c’était ce que demandait son voisin! Il a cru son histoire, celle qu’ils se racontait dans sa tête, et y voyait une forme d’irrespect. Apparemment, ce n’est pas la première fois qu’il balaye les ordures de son voisin … Qui est en tort: le voisin ou lui-même? Si le voisin ne prend jamais la responsabilité de ses actes, et n’en vit pas les conséquence ( devoir balayer les ordures qu’il a étalé), il considérera que c’est normal, ou pas si grave, ou ne pas y penser. Après tout, si le lapin brun a balayé sans jamais rien dire, difficile de savoir que pour lui c’est gênant, ou si il dit “ça me gêne ce que tu fais, je suis pas ta boniche” et qu’il le dit en ramassant les ordures … difficile d’aider l’autre à prendre la responsabilité de ses actes.

Hypothèse 2: Le conflit sert à poser ses limites, car sans limites, on ne peut pas vivre ensemble. 

Une fois le conflit amorcé, on peut se demander ce qu’il signifie, et ce qu’il signifie de manière générale. Pour les lapins, et pour soi.

Vous pensez que c’est possible de vivre sans conflit? Est-ce que ça vous est déjà arrivé? Non. Tout le monde vit le conflit et heureusement! Il permet de poser des limites, d’exprimer un besoin, lorsqu’après plusieurs tentatives, l’autre semble ignorer ce que l’on dit. A savoir maintenant: comment se formule le conflit? Est-ce que le conflit et la violence c’est la même chose? Pour poser ses limites, a-t-on besoin de l’exprimer avec fracas?  Alors c’est quoi le conflit? Le conflit c’est simplement un désaccord entre deux personnes, pas nécessairement une guerre. Et on peut interroger le sens du mot conflit en prenant la définition du dictionnaire qui est super intéressante:

 

Le conflit entre des Etats est une guerre ou une contestation.

Des éléments, des sentiments contraires qui s’opposent.

 

Est-ce que les deux types de conflits s’expriment de la même manière?


 

Hypothèse 3: Le conflit ne sépare pas, il rapproche.

 

Une hypothèse pas bien évidente au premier coup d’oeil, moi-même je sens que je me lance sur un terrain glissant. Ca tombe bien, la philosophie c’est pas chercher à avoir raison ou trouver la réponse, c’est réfléchir, et trouver des éléments de réponse pour soi.

 

Ils se sentent seuls, ils s'ennuient, ça donne un sens à leur petite vie. Ils aimeraient se rapprocher mais ne savent pas comment le faire. Protocole sociale, peur de l’autre. Envie de se faire voir ou remarquer! 

Un peu comme aux badauds, aux langues de vipère, aux rapporteurs de ragots, ou à un membre de la copropriété (si si y en a un dans chaque copro ne mentez pas). Est-ce qu’ils font cela pour embêter les autres? Ou par solitude?

Pour les familles (puisqu'on peut faire l'analogie du conflit des voisins et du conflit dans les familles): ils se sentent seuls, ils ont besoin de vous, mais ne savent pas comment le dire.

Ils ont l'air d'être victimes de leur colère et de ne pas savoir comment la stopper. Ils la nourrissent même, comme si ils aimaient se titiller l'un l'autre. D'ailleurs quand le mur est construit, le lapin grisou préfère le démolir plutôt que se dire, finalement, je vivrai mieux comme ça! Il ne veut pas être séparer de l’autre! Je préfère qu’on se brouille que vivre seul.

Pourquoi ne s’invitent-ils pas à prendre l’apéro alors pour devenir amis? 

Il y a du ressentiment: gngngng il laisse ses ordures trainer par terre / gngngn il met la musique trop fort.

Apprendre à nommer les choses, ses besoins, et ses émotions, paraît primordiale pour cesser le conflit. Le conflit sert à montrer que quelque chose ne va pas quand on ne sait pas le nommer. On n’a pas envie de rejeter l’autre nécessairement, peut-être qu’on ne sait pas comment communiquer.

 

Alors ATTENTION: on ne peut pas s’entendre avec tout le monde, si on fait face à un mur c’est compliqué. Ici, ce ne sont que des hypothèses, il y en aurait beaucoup d’autres à explorer.

Le conflit dans ce petit dessin animé, va cesser uniquement quand ils devront se confronter à l’adversité: le renard!

Pas le choix, accord ou pas, va falloir s’entraider (on peut imaginer le parallèle dans la famille, ceux sur qui on peut compter par exemple).

 

2. Le vivre ensemble: Hypothèses non exhaustives.

 

Hypothèse 1: C'est dans l'adversité qu'on se rend compte qu'on a besoin des autres. 

Si il vivait seul le lapin n'aurait pas pu creuser une galerie car il n'y aurait pas eu de terrier voisin pour s'enfuit. Il se serait fait dévorer par le renard!

Pour affronter le danger, tout seul c’est plus compliqué.

Comme le dit le proverbe africain, « Si tu veux aller vite, marche seul mais si tu veux aller loin, marchons ensemble. »

2. Le conflit, c'est pas pour la vie: on peut apprendre à dépasser le conflit en mettant de côté sa fierté. Si ils étaient restés fiers, ils auraient pu tenter de se tendre un piège, ou de sauver leur peau tout seul, laissant l'autre se faire dévorer. Mais ils préfèrent s'entraider. ​Et si chacun tend un piège à l’autre, ça deviendrait compliqué, ils pourraient même se mettre encore plus en danger et se faire dévorer tous les deux. Et à deux, on n’est peut-être plus forts!

 

3. On ne peut pas vivre sans les autres même si on ne s'entend pas avec tout le monde. 

Ils peuvent nous venir en aide un jour, ou jamais! Mais on serait plus malheureux de vivre seul. 

 

Conclusion:

 Le conflit est plus compliqué qu’on ne le pense. Il oscille de l’envie de se séparer de l’autre, de le blesser, à l’envie de se rapprocher, de vivre en paix. Il est le signe d’un besoin non exprimé, d’une limite dépassé, pour faire réagir l’autre. Le conflit est assigné à d’autres concepts, comme celui de violence, mais est-ce pertinent? 

Animation des ateliers philo: se former, recevoir

JE ME FORME

Enseignants

Offrir un espace de parole sans jugements et sans compétition.

Développer leur esprit critique,

 

Redonner confiance en sa capacité d'apprendre

 

Lutter contre le harcèlement scolaire, l'intolérance, la violence, et l'esprit de compétition.

Formule d'accompagnement personnalisé

  • Apprendre l'animation philo

    • Les différents outils

    • Démonstration en classe

    • Bilan de l'atelier

  • Déroulement d'un atelier philo​

  • Mise en situation

    • Aide à la mise en place​ (préparation de l'atelier)

    • 4 Ateliers pratiques en classe supervisés + bilan de l'animation​​.

    • En présentiel sur la région de Nice, possible en visio.

  • Formation possible en groupe d'enseignants d'une même école.

  • Groupe de travail avec d'autres animateurs, pour préparer des ateliers, partager nos ressources et se sentir soutenus.

ACTIVITE EXTRA SCOLAIRE

Parents

Aider mon enfant à développer son esprit critique, sa confiance en lui même, qu'il ait un espace de parole libre et sans jugement.  

L'aider à comprendre ses émotions et à les gérer.

Lui permettre de développer des valeurs de tolérance et d'ouverture d'esprit.

Je demande à une animatrice de pratiques les ateliers avec mon enfant (en individuel ou en groupe).

Formule d'animation

  • Je reçois un atelier philo chez moi ou en visio.

    • 5 enfants minimum​ , 1h30.

    •  Tarif dégressif selon le nombre de participants.

    • Dessins philosophiques.

J'ACCUEILLE EN CLASSE

Enseignants

Offrir un espace de parole sans jugements et sans compétition.

Développer leur esprit critique,

 

Redonner confiance en sa capacité d'apprendre

 

Lutter contre le harcèlement scolaire, l'intolérance, la violence, et l'esprit de compétition.

Formule 1h hebdomadaire

  • Je viens pendant 1h sur le temps de la classe ou en temps périscolaire, 15 élèves maximum par groupe.

  • Nous mettons en place le planning en fonction du budget qui vous est alloué

  • Nous mettons en place un programme pédagogique ensemble

Formule 1h30 hebdomadaire

  • Pleine conscience, production des élèves et restitution de l'atelier par le dessin.

  • Création d'un cahier de philosophie pour la trace écrite.

  • Bilan mensuel des habiletés de pensées développées.

 Créé avec Wix.com

  • w-facebook

Par tél : 06 22 10 01 72  /  par mail: lesptitphilos@gmail.com