Philosopher: un jeu d'enfant

Pour celles et ceux qui se soucient

  • d'améliorer la communication des enfants 

  • de leur autonomie

  • de structurer leur pensée pour un apprentissage autonome  

  • de développer leur esprit critique

BIENVENUE

Pour les parents j'anime des ateliers sur la ville de Nice, ou en visio pour tous les autres.

Pour les écoles j'interviens directement dans les établissements scolaires.

J'accompagne les enseignants et animateurs à se lancer et à devenir autonome dans leur pratique, avec un suivi personnalisé et sur mesure, ou en supervisant leurs ateliers.

 

Si vous êtes enseignant ou animateur de philosophie pour enfants, que vous souhaitez développer les compétences psychosociales de l’enfant, ses capacités d’apprentissage et d’écoute, et si vous avez conscience de l’importance et de l’impact qu’a l’école sur les enfants:

 

Alors lisez ceci jusqu’au bout!

 

Si vous connaissez quelqu’un qui est dans cette situation, transmettez-lui cet article!



 

Lorsque j’ai commencé à faire de la philosophie avec les enfants, j’ai vu les problèmes que les enseignants traversaient:

 

  • Manque d’écoute 

  • Décrochage scolaire

  • Troubles de l’attention

  • Difficultés de compréhension et d’apprentissage

  • Mésestime des élèves

 

J’ai également vu les réponses que la philosophie pouvait apporter.

 

  • Apprendre à écouter et à prêter attention

  • Apprendre le goût de l’effort

  • Apprendre à penser de façon autonome et à se connaître

  • Apprendre l’humilité

  • Apprendre à vivre ensemble


 

J'ai entendu des élèves me dire qu’ils ont développé leur confiance en eux après avoir fourni des efforts de pensée. J'ai vu des élèves se remettre en question, ouvrir leur esprit, écouter et échanger avec les autres, tout en étant joyeux.

C'est alors que j'ai été convaincue de l'impact de la philosophie sur les enfants, et que c'est quelque chose de plus grand qu’une simple méthode de réflexion.

 

J’ai la chance d’avoir aidé des enfants à penser sur ce qu’ils pensent et à avoir un esprit critique sur leurs idées et sur celles des autres. J’ai travaillé avec des enfants heureux, qui attendaient les ateliers de philosophie avec impatience. 

Beaucoup d’adultes veulent apporter leur pierre à l’édifice. Malheureusement par manque d’outils ou de confiance, n’osent pas se lancer.

 

J’ai eu de la chance de faire de la philosophie à l’université, c’est vrai, c’est un avantage. Pas parce que je brille en soirée en parlant de Kant, mais parce que j’ai structuré ma pensée, et que je suis capable d’esprit critique. Cette gymnastique de l’esprit, elle s’apprend. Et contrairement à l'idée reçue:

 

PAS BESOIN D’AVOIR ÉTUDIÉ LA PHILOSOPHIE POUR PHILOSOPHER

Et je ne veux pas travailler avec ceux qui ont fait de la philosophie, je veux travailler avec les femmes et les hommes du quotidien, qui veulent aider les enfants à grandir.

Ce que je souhaite apporter c’est une méthode philosophique à tous ceux qui veulent s’attaquer aux problèmes fondamentaux que vivent les enfants et qu'ils vivront.

“Pour faire un bon gâteau, il faut les bons ingrédients et la bonne recette"

Le gâteau c'est l'enfant, les ingrédients c'est vous, et la bonne recette c'est la méthode philosophique.

La pensée est comme un muscle: plus vous l’utilisez avec les bons outils, mieux vous l’utilisez.

Oui, c’est possible de faire travailler son esprit et d’assouplir le muscle de la pensée.

 J’ai fait de la philosophie certes, mais avec les enfants j’ai appris à faire différemment.


 

Ca n’a pas été facile de se lancer. J’ai eu peur: je n’avais que la méthode académique en ma possession et la formation SEVE, alors les premiers ateliers, j’ai pas fait la maline. J’ai très vite compris que je ne devais pas en rester là et que je devais travailler à développer mes compétences philosophiques pour les enfants, pour qu’ils développent leurs compétences.

 

De nombreuses fois je suis sortie des ateliers frustrée, en me demandant si j’étais faite pour ça et je me suis découragée.

 

“Ils étaient agités, c’était impossible de travailler. Je n’ai pas réussi à les intéresser. Ils ont décroché au bout de 20 minutes, pourtant ça avait bien commencé!

Non mais c’est pas possible, ils ne comprennent pas les questions que je leur pose! Ils n’écoutent pas? Ou il y a un vrai problème de compréhension? Est-ce que je sais poser les questions?”

 

Comment puis-je savoir que je progresse sans aide extérieur? Comment puis-je éviter de faire des ateliers de discussions de comptoir de café?

 

C’est ce qui me manquait: le retour d’une personne extérieure et qui soit compétente pour me permettre de me lancer dans mes premiers pas de philosophe pour enfant et de progresser.

Il me manquait un accompagnement pour superviser ma progression. Cet accompagnement je me le suis crée avec des visionnages d’ateliers, des prises de note, des retranscriptions d’atelier et la formation de l’université de Laval sur la philosophie pour enfants.

 

Nous n’avons pas tous le temps de suivre une formation universitaire, et pas les moyens physiques ou financiers non plus. On peut rapidement payer très cher pour de la qualité.

C’est pour ces raisons que je propose mon accompagnement.

Aimer apprendre

Lorsque j’étais enfant je buvais les paroles de l’école tellement j’aimais apprendre. Aucun problème pour ingurgiter du savoir et me nourrir de ces belles idées. Jusqu’au jour où le mémoire que j’ai eu à faire pendant mon master à l’université, m’a mis une claque. Car en faisant mes propres recherches, certaines idées que j’avais intégré ont été remises en question violemment. La première chose que j’ai dit est “toutes ces années on m’a menti”. Ou plutôt, on ne m’a pas appris à voir les choses sous différents angles, alors que je suis citoyenne du pays désormais.

Et ça m’énerve de me dire que les enfants vont apprendre sans réfléchir, apprendre des connaissances sans en saisir la dimension et se trouver parachutés dans un monde avec des idées qui leurs sont imposées. Et en définitive, qui n’apprendront pas à se connaître. Car ça va dans les deux sens: on apprend à ingurgiter mais pas à restituer. On apprend à faire entrer l’information mais on n’apprend pas à la produire et la transmettre. On apprend à connaître d’autre chose que soi.

 

Et je ne comprends pas pourquoi l'école ne met pas la philosophie au cœur des apprentissages de l'enfant mais seulement comme un activité. Surtout en connaissance des avantages de la philosophie et des conséquences qu’elle a sur les dimensions psychosociales, affectives et cognitives. 

 

Faire preuve d’esprit critique est au programme d’EMC et concerne toutes les disciplines, or personne ne nous apprend à développer notre esprit critique. C'est quand même incroyable.


Pourquoi la philosophie et pas autre chose?

 

Philosopher c’est 3 choses:

 

“Je ne sais qu’une seule chose c’est que je ne sais rien”, Socrate

J’apprends et j’ose douter des certitudes, certitudes de ce que j’entends à l’école, dans ma famille, dans les médias. Je doute aussi de ce que je pense de moi-même.

 

"Connais toi toi même", Socrate 

Pense, observe ta pensée, et prend position. 

 

"Deviens ce que tu es", Nietzsche

Déploie ton être en accord avec ta pensée, deviens congruent et aligne toi.

 

La philosophie est mère des disciplines. Et comme le disait Sartre:

 

"Il est plus facile d'expliquer un autre concept à un philosophe qu'à un enfant. Pourquoi? Parce que l'enfant pose les vraies questions." 

Tu peux aussi découvrir

 Créé avec Wix.com

  • w-facebook

Par tél : 06 22 10 01 72  /  par mail: lesptitphilos@gmail.com